Pourquoi la cellule du DR401 est increvable ?

Par Casimir P. Pour aller plus loin, Reportages 2 commentaires sur Pourquoi la cellule du DR401 est increvable ?

Aérodrome de Dijon-Darois, siège des ateliers Robin Aircraft et CEAPR. Il est 8:25, le 22 Mars 2017.
Une fois n’est pas coutume, un aéroclub nous apporte son DR400 pour une grande révision et un ré-entoilage de l’aile. L’avion qui est presque quarantenaire (oui, oui 40 ans) est encore dans un état … quasi neuf. C’est du moins ce que constatent nos menuisiers une fois l’aile et la cellule mises à nue. Le cockpit conserve les traces de plus de 40 ans d’histoire : les selleries (vieilles de seulement 20ans ont mal vieilli, les instruments sont fatigués, le décor a pris un sérieux coup de vieux et la couleur blanche de la cellule également… pourtant, sous ses traits de grabataires, ce vieux DR400 est encore en pleine force de l’âge quand on y regarde de plus près. Pas une ride sur le fuselage ni sur l’aile malgré des dizaines de milliers de décollages et d’atterrissages. Presque incroyable.

Incroyable. Mais pas pour ceux qui contribuent à construire cet avion unique au monde. Pas pour ces compagnons de chez Robin Aircraft et CEAPR (Centre Est Aéronautique Pierre Robin) qui depuis plusieurs décennies donnent vie à cet avion.

Le bois, s’il est correctement traité et choisi, se conserve extrêmement bien : il ne connaît pas ou peu d’alteration contrairement aux avions métalliques qui souffrent de la corrosion.

 

Une fois de plus le bois connait un succès et une résistance que le métal et les matériaux composites ne peuvent se vanter d’avoir. Aujourd’hui, notre cellule est garantie 20ans, quand les cellules de la majorité de nos concurrents ne dépasse pas 10ans. Mais nous pourrions garantir notre cellule « à vie » que ça ne changerait pas fondamentalement la face des choses…

Quand vous achetez un avion, il est évident que si vous êtes un bon financier, vous vous poserez aussi la question de sa valeur de revente… Or le DR400 d’autrefois et le DR401 d’aujourd’hui, dont les cellules et les ailes sont toujours produites sur les mêmes critères et en respectant les mêmes process, sont des valeurs sûres : 50% de valeur de revente après 15 ans quand les concurrents atteignent difficilement 20 à 25%…

Mais au delà de l’intérêt financier que peut représenter l’investissement dans la cellule du DR401 et qu’est ce qui explique que cette cellule soit « immortelle » ?

 

Le bois – un matériau unique et naturel

Plus léger, plus écologique, plus durable et même plus … performant.
Vous vous dites :

Très bien mais alors expliquez-moi pourquoi tout le monde ne l’achète pas ?

C’est comme pour tout : il y a ceux qui veulent se distinguer des autres pour le principe, ceux qui préfèrent payer cher pour le plaisir d’avoir quelque chose que les autres ne peuvent pas se payer. Et puis il y a ceux qui ferment les yeux sur l’héritage d’un véritable savoir-faire, ceux qui voient dans le bois un matériau dépassé et inadapté, qui considèrent qu’il est tout simplement impossible que des méthodes de fabrication vieilles de plus de 60 ans n’aient pas été largement rattrapées et dépassées par les innovations auxquelles l’aviation civile et générale a été soumise. Et oui : le bon-sens ne nous a malheureusement pas été donné comme un 6ème sens… 😉

Rappelons à ces derniers

  • Que le bois permet toujours de construire des maisons ultra-modernes…
  • Que le bois est un matériau vivant et noble qui offre une résistance et une flexibilité sans commune mesure!
  • Que le bois est « le seul matériau qui consomme du C02 et produit de l’oxygène dans son processus de fabrication » comme le rappelle Jean-Marie Ballu dans son livre intitulé Bois d’aviation. Sans le bois, l’aviation n’aurait jamais décollé.

 

Et puis le fait que le bois soit un élément naturel lui offre une meilleure élasticité. Le côté mou du bois (quand on le compare a de l’acier) lui offre aussi une meilleure capacité à absorber les chocs, à réduire leur effet sur l’ensemble de la structure.
En fin de compte, utiliser un matériau « vivant » permet à l’avion de s’adapter à son milieu : chaud, froid, humide, sec.

.

Une méthode de fabrication qui fait ses preuves depuis 45ans

Quand on sait que les LSA et autres avions composites n’existent réellement que depuis 10 voire maximum 15ans… le recul est encore très faible. Alors oui, aujourd’hui nous avons envie de faire l’éloge de ces avions en composites ou des avions en métal.
Plus rassurants nous direz-vous. Plus modernes. Plus résistants que le bois, c’est évident diront certains.

La modernité a ses défauts que seul le temps saura dénoncer. Certains se souviendront de l’amiante (pour sa résistance à la chaleur, au feu, à la tension, aux agressions électriques et chimiques, ainsi que pour son pouvoir absorbant – depuis les années 50). Les exemples sont nombreux et il n’est pas nécessaire de les nommer.

Nous répondrons aux sceptiques en expliquant que nos cellules sont plus écologiques. Qu’elles accumulent plus de savoir-faire et plus de retour d’expérience que n’importe quelle autre. Que le bois est plus absorbant (aux chocs) que tous les autres matériaux utilisés aujourd’hui. Mais également qu’il se répare plus facilement que n’importe quel autre matériau (référez-vous aux articles de notre saga sur la Fabrication du DR401 pour découvrir ce qu’est une enture par exemple).

Et puis, sait-on jamais, le bois flotte… au contraire du métal ou du composite … (vidéo).

D140 Jodel flotte sur l'eauPhoto : JODEL D140 (méthode de fabrication similaire au DR400 – matériau de construction Bois).

 

Nos cellules peuvent se vanter d’être utilisées encore aujourd’hui et ce depuis 45 ans (pour le DR401). Notre méthode de fabrication a évolué par touches successives pour améliorer l’existant mais sans jamais toucher au fondement pur de la conception de l’avion. Car le process de fabrication de cet avion ne répond pas à un besoin de standardisation et d’économies d’échelle mais à un besoin « de Beau, de Mieux et de Performant ». On entend par là, une belle et bonne conception, qu’importe le temps qu’il faudra. Nos avions sont de beaux avions, bien conçus : leur durée dans le temps est là pour le leur rappeler (aux sceptiques). Et de citer à nouveau Marcel Dassault : Un bel avion est un avion qui vole bien. Sur ce point, nous mettons tout le monde d’accord, qu’on aime le bois ou qu’on le déteste.

 

Le bois est toujours utilisé aujourd’hui pour construire nos maisons ou bien des bateaux extraordinaires

Le Riva. Le mythique Riva, bateau italien vedette est toujours au sommet de la vague depuis 50 ans.
Qu’est ce que le Riva et le DR401 ont en commun à part le bois ? nous répondront les sceptiques.

  

Et bien sachez que notre avion est en partie fabriqué à partir de bois d’acajou, comme l’est le vieil italien ! Et nos méthodes de fabrication, en tous points similaires, en font presque des demi-frères. L’un navigue sur les flots, l’autre parmi les nuages, c’est bien là leur particularités propres.

http://www.strikto.fr/maison-bois-moderne/#.WQMPAlPyiRs

Si nous devions faire l’exercice de comprendre pourquoi le bois est encore utilisé aujourd’hui, voici quelles seraient les réponses :

  1. Le bois est une Energie Grise : Sa mise en œuvre demande un très faible pourcentage d’énergie grise (quantité d’énergie nécessaire lors du cycle de vie d’un matériau : la production, l’extraction, la transformation, la fabrication, le transport, la mise en œuvre, l’entretien puis pour finir le recyclage). Elle est divisée par dix par opposition à l’acier.
  2. Le bois est un Matériau Naturel : Le bois est naturel, vivant et propre. Il est le seul matériau de construction produit grâce à aux énergies renouvelables.
  3. Le bois est léger et remarquablement résistant
  4. Le bois flotte : Contrairement à ses concurrents aéronautiques, le bois est un matériau… qui flotte. Et qui flotte durablement. D’autant plus que le bois a la faculté d’absorber et de rejeter l’eau pour se mettre en humidité d’équilibre avec l’humidité ambiante de l’endroit où il se trouve.
  5. Isolations Thermiques et Phoniques : Le bois présente une faible conductivité, il ne transmet pas la chaleur (chaud comme froid). Il limite les « ponts thermiques », au contraire des métaux. Le bois se comporte également comme un bon régulateur de température et réagit bien aux variations d’humidité.
  6. Durable et Intemporel : Correctement mis en œuvre, c’est-à-dire en respectant les paramètres indispensables en choisissant l’essence adéquate, en évitant les pièges à eaux et en assurant la ventilation des éléments, le bois est durable et intemporel !

 

Toutes ces bonnes raisons sont également parfaitement applicables pour notre cellule.

Et c’est bien pour toutes ces bonnes raisons que nous vous rappelons que le bois n’est pas un matériau dépassé pour la construction aéronautique mais bel et bien un matériau en vogue et d’avenir.

  • Partager:
2 commentaires
  • Mr.Regard
    Posté le 19/05/2017 à 17 h 19 min

    Je me souviens vous avoir rendu visite, et après vous avoir longtemps audité sur les techniques du bois, je reste sure que les avions Robin sauront peut être convaincre un jour les Américains d’en acheter davantage.
    Bravo pour votre article, pensez-vous que la technique pourrait s’appliquer à une voiture de collection?..

    Répondre
  • RATEL
    Posté le 19/05/2017 à 18 h 11 min

    je me permets de vous féliciter, pour la structure en bois des appareils ROBIN, une bonne leçon de technologie sur le bois je vous en remercie, de toute façon le bois c’est noble dans la construction des maisons, bateaux, ameublement en aviation dans les années 1900, en 1909 le BLERIOT XI construction en bois ( fréne et peuplier) hélice chauvnières en bois ( ingénieur) recouvert toile caoutchoutée continantale moteur anzani 3 cylindres de 25cv , 65kgp et se super aéonef envergure 7, 80m longueur 8m surface alaire de 14m2 poids total en vol 300kgp. relie CALAIS à DOUVRES LE 25 juillet 1909, 38 kms en 44mn et 30secondes voila comment les ANGLAIS ont été envahi
    vive le bois!!!!!!! bien à vous la grande maison ROBIN!!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire